ET DE SON CHANCELIER,Philippe Lyoen, Marquis de Gascogne
Avec l’aimable participation d’Olivier Leparoux,Baron de La Grammoire
Et le soutien de Madame Fabienne Ruquois

Le Cercle Royal Légitime & Louis XVII - Duc de Normandie à aujourd’hui
ont l’honneur de vous présenter ces pages

Next

« Le Roi de France ne meurt jamais »

« Le Roi de France ne meurt pas… »
Louis XVI à M. de Malesherbes
au matin du 17 janvier 1793,
apprenant sa condamnation à mort

De père en fils, « le sang de la vieille Cape » a forgé un pays merveilleux dont la grandeur et l’éclat a suscité haine et jalousie, ces deux poisons menant à la destruction. Et qui ? Qui aurait pu penser encore, avant la fin des années 80 de ce XVIII° siècle finissant, qu’une effroyable tourmente allait s’abattre sur cette « douceur de vivre », arrachant au passage têtes et corps en souffrance mais aussi fondements et valeurs ?

En tuant son Roi les dirigeants de la France ont voulu tuer l’Âme de celle-ci et ont ainsi amassé sur sa tête un nuage noir dont la foudre n’a cessé de la frapper depuis ce jour fatidique du 21 janvier 1793. Quel fut ce sombre pressentiment qu’eut Louis XVI le Bon, dans un dernier frisson sur cette maudite estrade, à quelques secondes de la mort, pour dire « Puisse mon sang ne pas retomber sur la France… »?

Mais, on nous répète depuis le plus haut Moyen-Âge, « le Roi de France ne meurt jamais ». Et de fait, dès 10h23 de ce matin fatal, le Roi de France était vivant et se nommait Louis le XVII ème, par la Grâce de Dieu.

Next

Pourtant, les appétits féroces et l’avidité du pouvoir ont continué de s’acharner sur ce Fil sacré et invisible, liant le fils au père en soutien de la Couronne, pour couper ce Lien, invisible et combien puissant, et faire de cette auguste lignée « un rameau coupé », comme dit la Prophétie : Louis XVII, « le Roi perdu », Louis XVII, le Roi fantôme, Louis XVII, Roi au Royaume usurpé, Louis XVII poursuivi sans cesse, torturé, emprisonné, poignardé, calomnié, jugé comme un bandit et enfin empoisonné…

Mais « un Roi de France de meurt jamais »…

Le Fil sacré a continué de se dérouler, silencieusement et dans le déni, de ce père-Roi martyr à ses fils et à ses petits fils… A chaque fois, Rois au Royaume toujours usurpé, ils ont traversé la dernière moitié du XIX° siècle, le XX° siècle, et encore ces deux décades de ce XXI° siècle.

LE ROI DE FRANCE VIT TOUJOURS

Next

Tout ce qui est présenté ici se fonde sur des Archives Nationales et Départementales, des Procès verbaux de Police, des dépositions devant des Instances légitimes (Tribunaux, notaires…) et des références à des Archives étrangères et enfin, sur des Jugements rendus par des Tribunaux.

Vous ne trouverez pas des affirmations sans fondement ni des assertions enflammées et seulement mues par un romantisme passionnel. Car même si « l’affaire Louis XVII » a ému et émeut encore, il est certain que seul un discours impartial et raisonné est acceptable pour établir la survivance de ce Roi Martyr que l’on peut aussi nommer « le Roi errant ».

Reconnaître la survivance de Louis XVII c’est reconnaître une vérité historique et, par conséquent, c’est aussi révéler un « mensonge historique ».

Ceci ne relève d’aucune fantasmagorie mais de la seule intention de dire ce qui a été et qui fut renié - et qui est toujours « officiellement renié - afin de préserver des intérêts patrimoniaux de certaines familles royales et, par la suite, pour « raison d’État »…

La vérité – que nous prouverons par des Archives et autres documents - est que Louis XVII :

  • n’est pas mort au Temple le 8 juin 1795 à 15 heures de l’après-midi mais en a été enlevé dans la soirée du 12 juin 1795 ;
  • a connu une vie de poursuite effroyable, des tentatives s’assassinat perpétrées par ses oncles et par son pseudo cousin, Louis Philippe 1er ;
  • a été reconnu, lorsqu’il a séjourné à Paris de 1833 à 1836, par une multitude de personnes et de personnalités l’ayant connu enfant ;
  • sa survivance et son faux nom étaient connus de toutes les Têtes Couronnées d’Europe et un procès verbal de son évasion était gardé dans les Archives de Vienne (Autriche) où il est toujours ; ce explique aussi pourquoi le Gouvernement autrichien n’a cessé de donner à Louis XVIII le titre de « Régent »…
  • Next
  • il a vécu modestement (surtout à partir de 1823, lorsque cessa l’aide financière du banquier Gaspard Barbier de la Bonnetière qui décéda cette année-là), et a travaillé pour nourrir sa famille ;
  • il est mort le 10 aout 1845 à Deft (Hollande). L’examen du corps a révélé les marques ou spécificités qu’il avait et qui étaient connues de ses médecins et de ses proches à Versailles lorsqu’il était enfant ;
  • son enterrement fut sa seule et triste apothéose car le Roi de Hollande, Guillaume II, qui avait des documents en mains, reconnut OFFICIELLEMENT son identité royale, lui fit des funérailles de « Roi » et fit graver sur sa pierre tombale :
  • Ici repose
    LOUIS XVII
    Charles-Louis Duc de Normandie
    Roi de France et de Navarre
    Né à Versailles le 27 mars 1785
    Décédé à Deft le 10 août 1845

    Next